Stefan Zweig - Nietzsche





Pour recevoir chaque résumé de fiche par e-mail, dès sa publication, allez sur livres-et-lectures.com

Stefan Zweig - Nietzsche

Date de la note : 4 novembre 2006
Si philosophie signifie "amour de la sagesse", le Nietzsche que décrit SZ n'est pas un philosophe. Sa passion violente et exclusive de la vérité (sa vérité ?) le lui interdisait. Aucune compassion, aucun compromis, jusqu'à l'explosion finale.

SZ nous présente là, bien entendu, l'homme plus que la doctrine. Mais peut-on les distinguer réellement ? FN, dans sa solitude forcenée et que ses comportements avaient rendue presque inévitable, vit dans sa tête les principes qu'il énonce. Son influence sur le monde de son temps est, par contre, à peu près nulle.

Sa méthode, à elle seule, est une injure à la componction universitaire. Il court, tel Don Juan, d'une idée à l'autre, change d'avis, change de résidence et, de maladie en maladie, traîne sa carcasse. Mais il préserve l'incroyable acuité de son esprit, envers et contre tout. Il sait, il voit, mais il ne peut rien faire.

Je dirai, à titre personnel, qu’il y a chez lui deux figures inégales. L'une est celle du visionnaire, d'une extraordinaire lucidité, qui comprend que les bases de notre monde vacillent et le montre. C'est le "Crépuscule des idoles". L'autre est celle du créateur de système, que j'aime moins. Il me semble que son ignorance du monde réel et son absolu manque de pratique lui interdisaient autre chose que des constructions fort intellectuelles et excessives.

Cette remarquable biographie aide en revanche à rendre moins distant un personnage essentiel de la pensée contemporaine qui a été souvent exploité à tort et à travers. SZ est vraiment un écrivain exceptionnel !

 

23 juillet 2009

Je viens de relire ce livre et mon enthousiasme de la note ci-dessus s'est beaucoup apaisé. C'est peut-être l'effet de Nietzsche qui peut provoquer à la fois le blanc et le noir sans faire de gris...

Il me semble que ce portrait passionné, exalté, passe à côté de la pensée de FN, comme si sa genèse importait plus que son contenu. Au fond, cette vision très romantique ne nous apprend presque rien sur une pensée philosophique majeure de notre temps, alors que c'est cela et cela seulement, qui reste de cet homme hors norme.

Ma relecture est une déception.

Editions essai Stock - 152 pages