LIVRES ET LECTURES

synge - le baladin




Pour recevoir chaque résumé de fiche par e-mail, dès sa publication, allez sur livres-et-lectures.com

John Synge - Le baladin du monde occidental

Synge (John Millington) / Le baladin du monde occidental.

(the playboy of the western world - 1907)

 

Date de la note : 12 mai 2002

Synge (1871 - 1909) écrit à 36 ans cette pièce étrange qui nécessite un certain déchiffrage.

Il est irlandais, profondément imprégné de ce pays de tradition orale, pleine de légendes, de mythes, celtiques ou prétendant l'être. Ces mythes, entre autres, vénèrent des figures de héros de temps lointains, d'un courage à toute épreuve, presque invincibles. Ces mythes, aux début du siècle sont récupérés en Irlande, pays en opposition à la Grande Bretagne, par le nationalisme ambiant qui frappe d'ailleurs toute l'Europe. Et ces mythes, dans l'esprit populaire, deviennent réalité, passée certes, mais historique.synge - dessin de R. Masson

Or Synge, comme ses amis Wilde et Yeats, n'accepte pas ce mensonge fédérateur et veut le faire comprendre par cette pièce, que l'on peut voir comme un miroir terriblement déformant (réformant ?) de ce monde paysan irlandais en déclin. C'est à une sorte de psychanalyse qu'il invite ses concitoyens en les faisant accéder à la réalité. Les héros de la pièce, tels Christy ou Shawn, se liquéfient devant la réalité, refusent de se battre ou s'enfuient. Synge montre ainsi que le seul héroïsme encore à la portée de ces hommes n'est pas celui de leurs actes, mais un héroïsme de légende, réfugié dans les mots, auquel on peut adhérer car sa lointaine place dans un passé révolu lui évite d'être mis à l'épreuve du réel, d'aujourd'hui.

Un personnage, Pegeen, qui aime un de ces "héros de théâtre" préférera sacrifier son amour à sa dignité, le jour où elle aura compris que ce héros n'en est pas un. Pour la petite histoire, d'ailleurs, elle en repoussera deux.

Synge aime son pays et il le connaît bien. Son style est celui des phrases de ces paysans qu'il cherche à ramener sur terre, ce que la traduction efface un peu. La pièce fut un scandale à sa première car les antihéros de Synge faisaient horreur à ceux qui confondaient mythes et réalité irlandais, c'est à dire une vaste majorité de ses contemporains. Et même si ce sujet nous concerne au fond assez peu de nos jours, il me semble cependant que ce livre doit être lu, non seulement par ce qu'il bien écrit et bien structuré, mais aussi parce qu'il est un magnifique exemple du rôle que peuvent jouer les écrivains, sans violence ni idéologie, pour accompagner leur peuple dans son éveil.

 

Éditions La Délirante (1974)