Pour recevoir chaque résumé de fiche par e-mail, dès sa publication, allez sur livres-et-lectures.com

Åsne Seierstad - Le Libraire de Kaboul

 

 

Date de la note : 2 février 2008
Avez-vous envie de connaitre la vie quotidienne de cet Afghanistan dont on parle tant depuis le 11 septembre 2001 ? Pas de théorie ici, mais des vies, des faits, à peine romancés, rapportés par une Norvégienne qui y a vécu, au sein d'une famille "évoluée" de Kaboul et semble s'y être bien intégrée. Et si vous pensez que les hommes sont tous frères, épargnez-moi les vôtres.

Le roman n'est qu'un prétexte, agréable, à un contact vivant avec ce peuple, avec sa misère et le poids d'une tradition qui ne date pas des talibans. L'Islam vécu là bas (mais est-ce bien différent en Afrique ou au Moyen-Orient, par exemple ?) est un prétexte pratique et synthétique à mettre en forme dans le sens le plus négatif ce poids de la tradition. Il est ici le ciment de l'immobilisme, de la contrainte, du mépris des femmes, de l'égo surdimensionné des hommes et surtout d'une société sans institution où le pouvoir personnel paresseux, violent et irresponsable en tient lieu. Une vraie bonne religion monothéiste ... Nos penseurs titulaires diraient une "culture".

L'Afghanistan n'avait jamais été riche, mais il vivait et avait un espoir, jusqu'à ce qu'il devienne l'enjeu de la chute du communisme. Son sacrifice n'aura pas été vain, mais est-ce une consolation ? Il en est resté dévasté, ruiné et les descriptions du livre font peine. Allez, par exemple faire un tour dans ce grand hôtel de Kaboul, sorte de refuge triste et sombre des rares étrangers de passage. Le départ des Russes et leur remplacement par les talibans ont achevé la dégradation du pays. Plus rien ne marche, pas même l'Etat, dont l'autorité ne s'étend pas au-delà du bras tendu de Monsieur Karzaï.

Le sort des femmes, sortes d'esclaves domestiques, est remarquablement décrit dans le livre. Bien sûr, nous voyons cela avec notre propre tradition. On peut cependant penser, et j'en suis, que la dignité d'un être se forme à travers sa liberté. Et le sort de ces femmes soumises aux caprices d'un petit chef est infâme, car il les avilit et les empêche d'atteindre leur pleine humanité. Mais n'oublions pas que les femmes françaises n'ont eu le droit de vote qu'après la guerre de 40 et n'ont pu ouvrir un compte chèque personnel que dans les années 60 ...

Ce livre, qui porte la marque du réel, est agréable à lire, simple et touchant. Bon voyage !
Editions Le livre de poche (2002) - 346 pages