LIVRES ET LECTURES

Michel Ruffin - Un château en Sologne




Pour recevoir chaque résumé de fiche par e-mail, dès sa publication, allez sur livres-et-lectures.com

Michel Ruffin - Un château en Sologne

 

Date de la note : 3 juillet 2004
Voici un roman fort classique très bien réussi. Chacun y trouvera sa source de plaisir et je parie qu'aucun ne restera sec.

Vous aimez la campagne et particulièrement la Sologne ? Précipitez-vous, plongez vous dans ses fourrés, ses bruyères et ses brumes matinales. Ses chemins sablonneux vous attendent pour une longue ballade. Attention quand même à ses sangliers tueurs. Et ne roulez pas la nuit, un chevreuil pourrait vous envoyer dans le fossé ! Julien ne sera pas toujours là pour vous ramasser.

Sans doute aimez vous les intrigues bien roulées. Partez sans crainte, l'auteur devient un véritable expert pour vous attraper par la main et vous conduire là où il veut. Et vous ne vous apaiserez qu'en lisant la dernière ligne.

Et puis, vous êtes conscient et responsable et vous haïssez la chasse. Non ? Détartrez votre matière grise, car vous détestez peut-être ce que vous ignorez, comme un gosse qui rechigne devant une langoustine. Vous apprendrez mille choses en lisant ce livre et en particulier qu'il y a chasse et chasse. Ca vous aidera, à l'avenir, à vous taire avec grâce quand vous ne savez pas, plutôt que répéter les stupidités politiquement correctes (mais, pourquoi est-ce que je vous agresse, comme ça ? ). Ce qui ne vous oblige en rien à devenir chasseur. Au fait, vous êtes chasseur ? De quelle catégorie êtes vous ? Le roman vous aidera à y voir clair. Beaucoup en sortiront vexés.

Vous aimez les histoires qui finissent bien ? Vous aimez les personnages qui n'ont pas l'air de sortir de chez le psychiatre, dont les comportements sont normaux en bien comme en mal ? Moi aussi. C'est comme ça qu'est construit ce roman, sans avoir besoin de faire sauter l'univers ou de se tricoter une transcendance de bazar pour dire" j'existe". J'apprécie, ça repose et ça rend le récit d'autant plus vraisemblable. Et bien souvent ça rappelle même des gens qu'on croit avoir connu. Essayez.

Il y a quand même un problème. Pourquoi faut-il que ce soient les femmes qui, dans ce roman, aient systématiquement le rôle de l'attaquant dans les relations intimes ? L'auteur serait-il un grand timide qui perd ses moyens au combat ? C'est peut-être tout simplement qu'il a eu plus de pot que moi.

Un très agréable moment de détente à mettre entre toutes les mains.
Editions France-Empire (2004) - 378 pages