Georges Romey - l'I. V. G. à coeurs ouverts





Pour recevoir chaque résumé de fiche par e-mail, dès sa publication, allez sur livres-et-lectures.com

Georges Romey - l'I. V. G. à coeurs ouverts

Guérir la plus intime des blessures par le rêve éveillé libre


Date de la note :17 janvier 2007
Si vous pensiez, comme tout un chacun et comme il est "convenable", que l'IVG est un acte anodin comme l'ablation de l'appendice ou des amygdales, préparez-vous à revoir ce jugement. GR montre ici l'empreinte que l'IVG laisse dans l'inconscient, la blessure intime. Il montre aussi que cette blessure refoulée devient souffrance, en général attribuée à d'autres causes, ou incomprise. Ce texte n'est en rien un jugement moral (le sujet s'y prête !), mais un avertissement lucide des conséquences d'un acte devenu presque banal. C'est aussi une voie pour trouver un remède à cette souffrance.

GR est un praticien de la technique du "rêve éveillé libre" qui consiste à demander à quelqu'un qui souffre de laisser son imaginaire suivre à haute voix le cours d'une pensée non rationnelle et qui ressemble à un rêve, afin d'ouvrir le voile (le refoulement) d'un inconscient chargé d'une blessure que ce refoulement rend douloureuse. Les propos produits ainsi par ce rêve contiennent en fait un grand nombre de symboles récurrents qui identifient la blessure chez le thérapeute. Il peut alors aider son patient à prendre conscience de la nature de cette blessure et à guérir de la souffrance que sa non reconnaissance par le conscient avait induite. Des milliers de cas ont été traités par GR, qui a publié là-dessus des documents essentiels. Il a en particulier écrit un "Dictionnaire de la symbolique" qui est ce qu'il nomme lui-même, le vocabulaire fondamental des rêves.

Au delà de la thérapie, ce livre ouvre une porte que nous aimerions bien laissée fermée, nous les enfants de Sartre et de Hegel, convaincus du pouvoir infini de notre volonté. Sartre disait même, ou presque, qu'il suffit à un homme de vouloir devenir femme pour le devenir, le fou ! Encore une machine à souffrir. Bien au contraire, GR montre ici que nous avons au plus profond de notre corps des programmes immémoriaux que nos actes peuvent détourner, mais au prix de blessures aussi inconscientes que ces programmes le sont. La maternité est un de ces programmes. Il n'est d'ailleurs pas besoin d'être un génie pour comprendre que sans la puissance de ce programme parfois plaisant mais souvent difficile (fécondation, procréation, mise au monde, protection des petits, éducation) nous ne serions plus là pour en parler. Ceci rejoint d'ailleurs, d'une façon qui m'a profondément touché, ma conviction que ce programme de maintien de l'espèce est la raison de notre présence sur terre et la seule. Tout ce que nous appelons morale, religion, éthique, règles sociales en découle (Ceux que cette idée intéresse peuvent lire ici les quelques notes que écrites en 2003 sur le sujet).

Le livre est également passionnant par les extraits de rêves réels et les analyses qu'en fait GR. La récurrence des images symboliques liées à l'IVG (chez les mères mais aussi chez certains pères !) est impressionnante. Preuve, s'il en est besoin, que de tels symboles ne sont pas "culturels" mais génétiques et propres à tous les hommes. Et se dégage aussi de la lecture de ces échantillons de rêves une poésie qui, c'est l'objet et le privilège de la poésie, nous conduit en douceur au delà des limites pressenties du rationnel.

N'attendez pas plus, mâles ou femelles, lisez ce livre ; vous en apprendrez autant sur vous et votre nature que sur l'IVG.

Editions Quintessence (2006) - 220 pages