Pour recevoir chaque résumé de fiche par e-mail, dès sa publication, allez sur livres-et-lectures.com

Macé-Scaron (Joseph) / Montaigne.

Notre nouveau philosophe

 

Date de la note : 26 janvier 2003

Ce livre est un rappel opportun de ce qu'il y a de contemporain et surtout d'actuel dans Montaigne. J'allais dire 'dans la pensée de Montaigne' et c'est bien, tout compte fait, ce qu'il ne faut pas dire ! Sa vie, ses actes, ses remarques sur les événements dont il est spectateur et acteur comptent plus que la tentative, à mon sens vouée à l'échec, de bâtir un 'système philosophique' à partir des "Essais". Comme le dit l'auteur : "Platon pensait que les choses sensibles étaient des copies plus ou moins brouillées des idées qui étaient, elles, les véritables originaux. Montaigne serait plutôt d'avis contraire". La diversité du monde en fait la richesse.

Nous cheminons tout au long de ce livre en compagnie d'un homme dont le modèle semble aujourd'hui un peu perdu. Un homme qui au cours des terribles guerres de religion du 16ème siècle a pu voir que 'ce n'est pas le doute qui rend fou, c'est la certitude'. Nous en avons encore chaque jour la preuve, et les religions n'y contribuent pas pour rien. Montaigne est un homme engagé dans la vie où il jouera un rôle politique significatif, mais qui ne se donne jamais sans se réserver à soi-même : "Nous nous devons en partie à la société, mais en la meilleurs partie à nous". Il se présente aussi comme un conservateur, c'est à dire celui qui se demande ce qu'il doit transmettre à ceux qui le suivent. La fragilité des sociétés, bien ébranlées en son siècle, l'incline à préférer un ordre acceptable à la recherche révolutionnaire d'absolus de liberté ou de justice, par exemple, qu'il estime inaccessibles sans un risque d'explosion. Notre beau 20ème siècle n'a-t-il pas confirmé cette analyse ?

Moins raide qu'un stoïcien, moins épris de système qu'un épicurien, Montaigne n'a pas oublié leur leçon. Il est avant tout un homme attaché au présent, creuset du passage, qu'il nous invite à vivre pleinement, avec bonheur et modestement. Il est sceptique, mais agit et sait que sa raison ne lui donne dans le monde qu'un avantage de circonstance. "Si j'avais à revivre, je revivrais comme j'ai vécu ; ni je ne plains le passé, ni je ne crains l'avenir".

C'est à cette redécouverte familière que nous invite ce livre réussi, à une plongée amicale dans cette sagesse foisonnante et sans rupture, d'apparence simple mais riche et qui fait aujourd'hui bien défaut dans la conduite de nos vies. Relisons les "Essais" !

 

 

 

Éditions Plon (2002)