LIVRES ET LECTURES

André Lorant -Le perroquet de Budapest




Pour recevoir chaque résumé de fiche par e-mail, dès sa publication, allez sur livres-et-lectures.com

Lorant (André) / Le perroquet de Budapest.

Récit autobiographique

 

Date de la note : 2 novembre 2002

AL est né à Budapest en 1930 dans une famille aisée de cette ville. Après avoir subi une persécution pour ses origines juives en 1944 , il subira la persécution communiste après la fin de la guerre pour son origine bourgeoise et émigrera en France en 1956 . Il est aujourd'hui professeur émérite à Paris XII.

Ce livre est une catharsis, provoquée par un voyage lucide, longtemps différé, de l'auteur dans son ancienne patrie hongroise. En effet, en 1997 il rassemble son courage pour plonger dans son passé, dans son enfance et son adolescence, et essayer de trouver une réponse à la question lancinante qu'il porte en lui : "mon pays, pourquoi m'as-tu abandonné ?".

Car abandonné, il l'a été deux fois.
D'abord au cours des années 1940 où il portera l'étoile juive, lui qui avait été baptisé et n'avait pas reçu la circoncision. Lui dont la famille avait recherché sans réserve l'intégration à cette Hongrie jusque là ouverte, et qui sera dépouillée de ses biens et molestée. Il subira toutes les humiliations antisémites qui atteindront leur paroxysme en 1944, à l'époque des sinistres "croix fléchées" hongroises, assistants fascistes de l'envahisseur allemand.
Il l'a été une seconde fois entre 1945 et 1956, quand son passé "bourgeois" en fait un ennemi de classe pour les communistes fondamentalistes au pouvoir, lui empêchant de vivre une vie normale et de poursuivre sa carrière. La révolution de 1956 sera la rupture ; il quitte la Hongrie et dresse un paravent souvent inconscient entre son passé et sa vie nouvelle, en France. Il faudra attendre 1997 pour qu'il puisse regarder en face ce déchirement, cette Hongrie dont il aurait souhaité être fier et qui trahi lui et les siens par deux fois.

C'est cela que peu à peu le roman dévoile, cette blessure encore ouverte, cette relation d'amour - haine de l'auteur vis à vis de son ancien pays. Chaque pas dans la ville est un souvenir qui se dévoile, bon et mauvais. Cheminement passionnant, plein de discrétion et de nostalgie, sans haine, et qui conduit l'auteur à la sérénité. C'est aussi l'occasion de quelques très belles pages de réflexion ; lisez, à titre d'exemple les pages 97 et 98 sur l'humanité de œuvre d'art.
C'est enfin, pour ceux qui connaissent un peu et apprécient Budapest, et dont je suis, une promenade guidée qui donne à chaque pierre un peu plus de sens.

 

Éditions Viviane Hamy 2002 (281 p.)

Pour acheter ce livre cliquez ici !