Amitav Ghosh - Le pays des marées





Pour recevoir chaque résumé de fiche par e-mail, dès sa publication, allez sur livres-et-lectures.com

Amitav Ghosh - Le pays des marées

"The hungry tide"


Date de la note : 10 mars 2008

AG est un remarquable conteur indien, par qui c'est un plaisir de se laisser emporter. Les récits mythiques, fondateurs, dont il fait un velours, nous font découvrir cette Inde à la limite du Bangladesh et est le contexte, autant que l'étrange pays des marées, d'une aventure humaniste et optimiste.

Le pays,d'abord, est l'embouchure du Gange, pays si plat que l 'on ne sait jamais où finit la terre et où commence le golfe du Bengale. Au gré des marées, et parfois des raz-de-marée, la frontière change. Un monde hostile par sa végétation, les mangroves impénétrables et par sa faune, crocodiles, tigres ou serpents.

Des hommes et des femmes vivent sur les îlots du delta et ce récit se plait à nous montrer comment, de ce monde difficile, ils ont fait leur havre et pourquoi ils l'aiment et y reviennent. Certains en ont même fait le support plus ou moins idéaliste de leurs rêves et pour certains, de leurs actes.

Ce livre est profondément humaniste, et manifeste une foi profonde dans ce que l'homme peut faire pour rendre le monde habitable et chaleureux. Le réalisme actif des femmes est un point récurrent de ce roman, qui leur rend un hommage appuyé.

L'intrigue est une série de rencontres, souvent heureuses, entre des Indiens de milieux sociaux extrêmement divers et qui réussissent à partager, en dépit de cela, un amour pour ces terres étranges et un espoir de pouvoir construire ensemble une société acceptable.

Mais, avant tout, c'est un merveilleux voyage, à condition de laisser l'imagination flotter au gré des marées dans la barque de Fokir, ou d'accompagner Piya dans sa quête vibrante du dauphin de Irrawaddy. Et peut-être, avec Kanai, aurons-nous la chair de poule face au crocodile ou au tigre que nos yeux pensent avoir vu.

On est parfois surpris par l'attachement des hommes à des coins de terre désolée, voire hostile, ou à des êtres dont les qualités ne sont pas évidentes. C'est que nos yeux sont fermés et privent notre coeur de son chemin original et mystérieux.

Voilà, je crois, ce que AG a cherché à nous faire découvrir, plus qu'à comprendre. Et c'est un grand succès.

4

Editions Robert Laffont (Pavillons - 2004) - 473 pages