LIVRES ET LECTURES

Michel de Ghelderode - Sortilèges




Pour recevoir chaque résumé de fiche par e-mail, dès sa publication, allez sur livres-et-lectures.com

Michel de Ghelderode - Sortilèges
Date de la note : 1 janvier 2009

Douze contes, pleins de brouillard et d'obscurité, où rôde une mort évanescente, aux formes inattendues. Et, dans la ville morte, redoutez ces rencontres qui, jamais, ne vous laisseront en paix.

mdgL'auteur, MdG (1898 - 1962) est belge, tout à fait représentatif de ce courant de pensée et de désillusion du monde qui a traversé la Belgique d'alors, mais aussi toute l'Europe, et dont l'influence artistique a été considérable. A l'absurdité d'un monde ressenti en décadence, la réponse peut être l'absurde (et le surréalisme), le refuge dans l'imaginaire (comme le fait ce livre), l'imprécation, la dérision (les expressionnistes allemands en particulier), l'érotisme, le fantastique, ou pire, le refuge dans les idéologies tragiques, comme le marxisme ou la race pure. La littérature (Marcel Thiry, Jean Muno, Michel de Ghelderode en Belgique), la peinture (Magritte, Ensor, Delvaux, etc.), la musique (comme Debussy en France ou Korngold avec La Ville Morte), traduiront, entre autres, ces influences.

Tous ces contes méritent d'être lus, même si parfois la répétition des attendus lasse un peu. Il n'en reste pas moins que quelques-uns sont de véritables chefs-d'oeuvres, comme, par exemple, Le jardin malade ou L'odeur du sapin.

De plus, MdG fait preuve d'une superbe maîtrise de la langue qui ajoute au livre une qualité particulière. Ce n'est pas sans raison qu'en 1962, il avait été pressenti pour le Nobel de littérature.

Quelques mots de l'auteur, trouvés sur le site "Voix d'auteurs belges de langue française" :

4

Gallimard L'imaginaire (2008) - 225 pages