LIVRES ET LECTURES

(1918 - 1933)





Pour recevoir chaque résumé de fiche par e-mail, dès sa publication, allez sur livres-et-lectures.com

Peter Gay - Le suicide d'une république, Weimar

Gay (Peter) / Le suicide d'une république : Weimar

Date de la note : 3/09/2001

Deux conseils : Lisez ce livre (écrit en 1968), mais commencez par l'appendice page 181 ; un rappel d'histoire, aussi tourmentée, n'est pas inutile.

Nous avons tous en tête le foisonnement artistique qui a eu lieu sous cette brève première expérience démocratique allemande. La peinture expressionniste (Grosz ou Dix, par exemple), le Bauhaus, Th. Mann ou Brecht, le dodécaphonisme triomphant, Nosferatu et l'Ange Bleu, etc. Encore ne faut-il pas oublier tout ce qui existait avant la guerre dans ce domaine, et qui, à mon avis, sans cultiver ce sens du morbide, de l'excessif du déréglé, est d'une plus grande qualité et a laissé des traces plus profondes : fauvisme, impressionnisme, (en Allemagne "Der blaue Reiter" et "Die Brücke"), l'atonalisme et la naissance du dodécaphonisme, etc. Ni oublier que l'expressionnisme n'empêchait en rien ses membres, comme Emil Nolde, de s'inscrire au parti nazi ni d'affirmer leur antisémitisme.

Ce que ce livre met bien en relief, c'est la tragique impréparation des allemands en 1919 à vivre en démocratie, voués jusqu'ici à des régimes impériaux où le sommet pensait pour eux. La liberté oblige à des compromis que refusaient ces âmes encore éprises d'un idéal souvent brumeux de "Kultur" allemande, fait de mythes et de héros, consciemment déraisonnable, proclamant sa xénophobie et son racisme (qui ne date pas d'Hitler), mais tellement supérieur... Les intellectuels et l'université mépriseront cette république naissante, comme Thomas Mann qui changera d'ailleurs d'avis ensuite, ou comme ceux qui ont vu dans l'idéologie marxiste ce qu'ils avaient envie d'y trouver, leur donnant ainsi l'occasion de trahir en bonne conscience la fragile expérience démocratique allemande. Mais n'exagérons pas le rôle des intellectuels... Les déchirements internes de la gauche allemande seraient venus à bout à eux seuls d'un état plus mûr !

Ce que ce livre en revanche ne met pas bien en évidence, c'est que Weimar est mort d'abord de son échec économique, et que pour cette simple raison, ce régime n'était pas viable. Ce n'est pas Hitler qui a pris le pouvoir, c'est Weimar impuissant à nourrir son pays qui le lui a donné. La contribution des alliés à ce massacre est aujourd'hui bien connue :des "réparations de guerre" qui auraient été insupportables pour une économie saine, mettaient l'Allemagne épuisée par la guerre et donc sa république à genoux. Une inflation folle (un pain à mille milliards de marks) en 1923 dont l'origine est le laisser aller et l'incompétence des élus fut une semonce grave. Le gouvernement Stresemann-Schart parut en prendre la mesure. Hélas, la deuxième semonce, la récession de 1929, fut mortelle pour un gouvernement Hindenburg incompétent sans doute, en tous cas débordé et surtout plus préoccupé de politique extérieure ou de gestion des fragiles coalitions politiques que de nourrir et de faire travailler le pays.

Il est certainement prétentieux de refaire l'histoire. Mais sans l'incompétence économique des dirigeants et sans la folle exigence irréaliste des "vainqueurs" ont peut penser que les idées auraient suivi un autre cours, et que l'Allemagne aurait suivi un autre chemin que que celui de son suicide.

Éditions : tel Gallimard (1995)