François Fillon - La France peut supporter la vérité





Pour recevoir chaque résumé de fiche par e-mail, dès sa publication, allez sur livres-et-lectures.com

François Fillon - La France peut supporter la vérité

 


Date de la note : 3 décembre 2006

FF n'est pas un nouveau venu en politique, ce que sa discrétion pourrait faire penser. Son livre tranche en revanche avec les doléances habituelles, que ce soit par le ton, les attendus, ou l'espoir qu'on y trouve. La France est frappée de déprime, écrit-il, mais pour hâter sa convalescence, elle ''peut supporter la vérité' !

Le ton, d'abord.
En dépit des couleuvres avalées, des urgences ressenties et de probables impatiences, l'auteur reste serein ; ce qui, d'ailleurs, concorde avec le personnage, lorsqu'il se montre publiquement. Par conséquent, ce livre n'est pas un pamphlet et se démarque des ''oeuvres'' journalistiques ou à la recherche du succès que l'on a pu trouver dans les rayons... y compris avec le livre, parfois un peu trop vibrant de N. Sarkozy. Direct, déterminé, mais sans emphase, avec discrétion même, voila comment on perçoit FF dans son livre.

Les attendus, ensuite.
FF rappelle d'abord sa déjà longue expérience politique. Plusieurs fois ministre, à des postes exposés (social, éducation, en particulier), il a néanmoins su, mieux que d'autres, conduire des réformes à leur terme (les retraites, par exemple, en 2003). Il a aussi eu le désagrément de mener presque à leur terme certaines autres, sans drame social, mais que la pusillanimité ambiante n'a pas permis du faire aboutir.
Il fait bien entendu, la même analyse de la situation que d'autres ont déjà faite, comme Baverez. La France, dans de nombreux domaines, a perdu son rang (pouvoir d'achat, école, université, recherche, attractivité de son modèle dans le monde). Il sait aussi que la mondialisation n'est pas une mode. Où serions-nous si l'Asie était restée là où sont encore l'Afrique ou le Moyen-Orient ?
Il courait le conservatisme pesant d'instances multiples en France, généralement socialisantes, mais pas seulement. Son expérience lui a montré que ce qui doit être fait peut l'être, si l'on s'en donne la peine.
Il sait, pour les avoir vécus, où sont les blocages ; mais, ce qui est ici original, est qu'il donne le sentiment que rien n'est insurmontable, comme il l'a prouvé dans des circonstances difficiles.

L'espoir, enfin.
La dernière remarque en est la matrice.
FF veut réconcilier les citoyens avec la politique. Le mécanisme de la perte de crédibilité des élus est, au fond, simple. Ils la retrouveront le jour où ils auront montré par leurs actes que c'est à travers la politique et ce qu'elle permet de faire que les problèmes ont des solutions.
Il aborde dans le livre quelques pistes concrètes. Notons par exemple :
- Une réforme constitutionnelle serait utile. La France a changé depuis 1945.
- La décentralisation doit être approfondie et le jacobinisme muselé.
- La démocratie sociale est à faire naître pour que les salariés se sentent représentés et que les syndicats, trop fragiles aujourd'hui, passent de la contestation à la proposition.
- L'intelligence (savoir, recherche, etc.) ne reçoit pas les soins qu'elle devrait. Recherche, université, doivent retrouver une position prioritaire dans les préoccupations des dirigeants. Il fait des propositions pratiques qui méritent d'être étudiées avec soin, car il sait de quoi il parle.
- Le chômage n'a pas été diminué par son traitement social. Ca ne suffit pas. Là aussi, de nombreuses pistes non explorées existent, qui sont ici présentées en référence souvent aux succès de nos voisins.

Bien entendu ses rapports avec J. Chirac sont abordés. Ils ne peuvent pas être bons. FF n'accepte pas l'immobilisme actuel, ni l'esprit méprisant et ingrat du "chef" qui aurait, soit dit en passant, bien du mal à faire référence à ses succès !
Car FF croit à la mission de la politique, ce qui 'est rafraîchissant à notre époque ! C'est cela qui l'a rapproché de N. Sarkozy, entre autres, car il pense qu'il agira. Un mariage de raison, en somme ?

Il serait dommage que les élections à venir ne donnent pas à cette équipe une chance de mettre ses propositions à l'épreuve. On sait trop bien, en dépit du tapage médiatique actuel et de ses faux pas habillés d'un sourire charmant, où la gauche française regarde : derrière elle.

Editions Albin Michel (2006) - 270 pages