LIVRES ET LECTURES





Pour recevoir chaque résumé de fiche par e-mail, dès sa publication, allez sur livres-et-lectures.com

Jean Clair - La barbarie ordinaire
Music à Dachau

 

Date de la note : 26 décembre 2003
music - DachauLe peintre Zoran Music (né en 1909, slovène) a été déporté à Dachau en 1944 parce qu'il refusait de porter l'uniforme S. S. Ce livre est construit en deux parties. D'abord une réflexion de l'auteur sur ce qu'un homme, peintre, peut faire devant l'énormité de sa situation et comment, si il peut, survivre. D'autre part un entretien avec Music qui essaie de se souvenir à la fois de ce qu'il a vécu et de de qu'il a fait.

Les deux parties du livre se complètent et conduisent aux mêmes réflexions, de l'auteur comme de Music. J'en donnerai ici que quelques aspects qui m'ont frappé.

D'abord cette capacité de l'homme à vivre encore, même si il se sait condamné, entouré de mourants et de morts, au coeur d'une injustice énorme, invraisemblable. Cette volonté de trouver de quoi survivre qui lie intimement la survie du corps à celle de l'esprit. Il ne suffit pas de manger ; on survit mieux si l'on sait retrouver dans sa mémoire un poème, une image, un lien culturel. Il faut savoir lutter contre la "table rase" des nouveaux maîtres et garder sa personne unique hors du bourbier. Music y ajoutera en cachette (il risquait sa vie) un dessin à la sauvette griffonné sur un papier volé. Exister contre la dépersonnalisation. Honte à nos "éducateurs", sans doute fascinés par les grands totalitarismes, qui prolongent aujourd'hui cette destruction de la mémoire, du 'par coeur', pour façonner l'homme nouveau, voué au slogan, inculte et consommateur de l'instant. Les nazis et leur avatar communiste ont-ils triomphé ? (cf page 111-113)

nous ne sommes pas les derniers 1970Ensuite ce refus de Music de témoigner. Bien entendu, malgré lui, il témoigne, mais ce n'est pas son intention. Faut-il témoigner du mal absolu et rappeler sans pitié qu'il existe et se pratique ? Que ce serait simple si les nazis en avaient eu le monopole ! Que ce serait simple si le mal était chez les autres et non en nous ! Faisait-elle le bien cette américaine qui, visitant à leur ouverture les camps nazis, fit couper le doigt d'un mort pour prendre sa bague ? Music veut oublier, transcender son expérience, lui qui a eu la chance d'y survivre. Ce n'est qu'en 1972 qu'il saura surmonter ce choc pour reprendre ses pinceaux et mettre l'horreur sur toile (cf. la vignette ci-dessus).

Enfin, Music nous apprend qu'une pile de cadavres bleuis de froid possède une beauté qu'il ressent, et dont, d'ailleurs, il a un peu honte. Ce qui montre bien que le sujet n'est pas l'art et que figuration, réalisme ou objectivité sont des ingrédients de second plan par rapport à la distillation qui s'opère dans l'esprit de l'homme pour lui permettre d'affirmer que ce qu'il voit est beau.



Editions Gallimard - N R F - 2001 (170 pages)