LIVRES ET LECTURES





Pour recevoir chaque résumé de fiche par e-mail, dès sa publication, allez sur livres-et-lectures.com

Changeux (Jean-Pierre) / L'Homme de vérité.

 

Date de la note : 30 juin 2002

Jean-Pierre Changeux, entre autres Professeur au Collège de France et grand amateur de peinture du XVIIe siècle, nous offre un nouveau livre de grande qualité et accessible à beaucoup, au prix d'un effort de lecture récompensé. Cet ouvrage porte non seulement sur l'état de la compréhension de la structure et du fonctionnement du cerveau, mais surtout sur son produit, la pensée, et ses moteurs.

J-P Ch. est un chercheur qui projette des hypothèses et vérifie leur adéquation aux observations. Il n'accepte aucune vérité révélée ou en tous cas impossible à mettre à l'épreuve des faits, attitude fondamentalement scientifique. Mais nous vivons dans un univers où pour beaucoup le monde dominé par des mythes, est traversé d'un flux de conscience (mais si !) et où l'âme est encore d'origine transcendante... ce qui, soit dit en passant, ne nous éclaire pas beaucoup sur ce qu'elle pourrait être.

Et pourtant, il me paraît intéressant de s'arrêter un instant sur cette capacité de l'homme à créer des images actives de sa représentation du monde (et en particulier des mythes), vraies ou fantasmées. Car J-P Ch. ne dit, au départ, pas autre chose en partant d'un fait qu'il dit observer chez toutes les espèces étudiées : le processus d'apprentissage n'est pas l'accumulation par le cerveau de données acquises par ses sens, mais un processus beaucoup plus complexe de génération par le cerveau de représentations, d'hypothèses, de modèles, mis en permanence à l'épreuve d'informations en provenance des sens, de la mémoire expérimentale, des acquisitions antérieures et qui doit être validé par une récompense pour s'objectiver et s'enraciner dans la structure neuronale du cerveau.
S'enraciner où ? L'hypothèse de J-P ch. est qu'il existe un réseau (plusieurs en fait) de neurones qui à travers un processus de sélection assurent physiquement ces responsabilités, reliés entre eux d'une manière expérimentalement vérifiable et reproductible, et sous la "coordination" d'un autre réseau appelé modestement l'espace de travail global et qui n'est autre que ce que nous appelons communément "conscience". L'apport de l'imagerie cérébrale a considérablement fait évoluer cette branche de la connaissance, mais beaucoup semble à portée des prochaines décennies.

Ainsi l'évolution cérébrale n'est pas totalement programmée dans les gènes. Après la naissance le cerveau continue d'évoluer par le processus d'essai et sélection "épigénétique" déjà mentionné, ce qui aboutit à fabriquer une carte neuronale distincte chez chaque homme, même pour de vrais jumeaux. On comprend mieux ainsi le poids déterminant de l'éducation, des parents à l'école, dans la constitution de ces cerveaux en création ! On comprend aussi que lorsque ce processus ralentit vers la puberté, les acquis de la période antérieure, bons ou mauvais, orientés vers l'esprit critique à la recherche de la vérité ou façonnés par des mythes révélés illusoires, laissent des traces neuronales définitives.

J-P ch. termine son ouvrage sur une réflexion sur la recherche scientifique, perçue à travers ce contexte. Il montre bien le caractère toujours provisoire, adaptatif, modeste et en fin de compte humain de la démarche scientifique, dont les acquis ne sont considérés comme tels, et encore de façon évolutive, que si chaque homme les faits siens et si leurs applications en confirment les espoirs. Quel facteur d'union des hommes à l'opposé de la pensée mythique ! Pour citer F. Jacob "La différence entre mythe et théorie scientifique est que le mythe se fige".

Pour que ces notes soient tout à fait objectives, je dois dire que j'aurais préféré parfois plus de concision à ce livre. Il est souvent rempli de figures peu claires, de longues précisions sur des détails anatomiques ou biologiques qui le chargent sans l'éclairer. C'est un livre dont on se demande s'il n'est pas parfois destiné à des collègues plutôt qu'au grand public ? Ne boudons cependant pas ce travail remarquable, que je recommande chaleureusement à ceux qui ne se contentent pas de regarder les astres ou de lire une bible pour comprendre le monde.

Éditions Odile Jacob 2002 ( accès à la page de leur site )